Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 14:23

couv56688992

 

Résumé:

Jeux du cirque, complots, banquets, orgies... Dans cette formidable saga antique, Kate Quinn fait revivre avec panache l'univers dépravé et sanglant de la Rome du Ier siècle.

Jeune esclave juive soumise aux caprices de l'arrogante Lepida Pollia, sa maîtresse, Thea connaît pour la première fois le bonheur dans les bras du gladiateur Arius le Barbare, la nouvelle coqueluche de Rome. Mais leur idylle attise la jalousie de Lepida, qui s'emploie de son mieux à les séparer.
Cette dernière n'est pas le seul obstacle à se présenter sur la route des deux amants. Grâce à ses talents de musicienne, la belle Thea ne tarde pas àêtre remarquée de l'aristocratie romaine... et d'un dangereux admirateur : l'empereur Domitien, un homme brillant mais cruel qui en fait sa favorite. Devenue la femme la plus influente de Rome, Thea doit plus que jamais garder son amour pour Arius secret.

 

 

Mon avis:

Voici ENFIN ma chronique de ce superbe roman que j'ai lu lors du week end à 1000 et que je ne regrette pas du tout car il s'agit bel et bien d'un pavé qui se dévore tout seul ! 

Nous suivons donc la vie de Thea, une jeune esclave juive lors d'une époque fort cruelle pour Rome, le 1er siècle avec les histoires sanglantes de gladiateurs et d'empereurs... 

La première spécificité de ce roman est que nous suivons à peu près tous les personnages à la première personne du singulier. Cette intermittence nous permet de comprendre plus profondèment chaque différentes personnalités et façons de penser. Ce procédé rend le roman encore meilleur le roman étant donné qu'il est assez gros nous nous accrochons encore plus que d'ordinaire aux personnages et vice versa, par exemple je n'ai jamais autant détesté de personnages que dans cette histoire ( et souhaiter leur morts soit dit en passant, non non je ne suis pas du tout violente !). 

Kate Quinn aborde la plupart des grands thèmes de la tragédie tel que l'inceste indirect mais bien entendu l'amour, la haine et la recherche constante de pouvoir, sans pour autant tomber dans une histoire trop surfaite et irréaliste. Nous sentons qu'un travail immense a été réalisé sur chacun des personnages pour lui donner une personnalité, un passé propre, rien n'est laissé au hasard et cela fait du bien et change de la YA bâclée et qui laisse plein de questions sans réponses. 

Je ne peux vous raconter l'histoire sans vous gâcher une partie de ce roman. En effet, malgré son épaisseur je n'ai trouvé aucune longueur et chaque passages trouvaient son sens. L'auteur ne nous ménage pas et m'a donné à plusieurs reprises des sueurs froides et une haine sans pareil pour le personnage de Lepida, la maîtresse de Thea. 

Le fait que ce roman soit qualifié d'historique ne pose pas de problème au niveau de la compréhension et fait même un effort en dévoilant à la fin de nombreuses notes historiques comme l'inspiration de personnages fictifs par exemple Lepida ou réels comme l'empereur Domitien et leur vraies histoires. 

En bref, comme vous l'aurez deviné il s'agit d'un gros coup de coeur pour ma part et j'ai hâte de lire un autre roman de Kate Quinn pour retrouver sa plume et son incroyable imagination ! Ce roman change des lectures habituelles et je vous le conseille énormément (en plus de ça il vient de sortir en poche !!). 

 

Note: 18/20

Coup de coeur ! 

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 11:59

couv29261751

 

Résumé:

Dix-sept ans après un été mémorable passé à Lucky Harbor, Tara est de retour dans cette petite station balnéaire, où sa mère lui a légué, ainsi qu’à ses sœurs, un hôtel qu’elles ont décidé de retaper. Alors qu’elle tente de résister à son attirance pour le beau Ford Walker, son amour de jeunesse, les conséquences de ce qu’ils ont partagé tant d’années auparavant ressurgissent. Pour mieux les réunir ?

 

 

Mon avis:

Après la superbe (ironie of course !) nouvelle des éditions Milady qui déclarait arrêter cette saga alors que comme nous le savons tous il s'agit de la romance la plus populaire chez eux je m'étais précipitée pour acheter le tome 2 et 3 avant de ne plus pouvoir se les procurer comme une fameuse série bit-lit... Bref pas de polémiques ! C'est avec plaisir que j'ai profité de cet été pour lire ce deuxième tome !

 

Nous retrouvons donc les trois soeurs installées à Lucky Harbor pour retaper et faire fontionner leur hôtel. Ce tome se consacre à l'aînée Tara, personnage très froid dans le premier tome nous en apprenons plus sur son passé au sein même de la petite ville et en particulier son passé commun avec Ford. Malheureusement, Tara cherchant à l'éviter depuis son arrivée celle-ci va se retrouver empêtrer dans de nombreux problème malgré elle, eux... Je ne peux malheureusement vous en dire plus sans vous gâcher une surprise de taille !

 

Ce tome est toujours une bonne dose de fraicheur cependant je l'ai trouvé beaucoup plus dur et déchirant, Tara contrairement à Maddie, dans le premier tome, a de vrais problèmes. C'est un aspect qui n'est pas négigeable et que j'ai adoré en effet cela change des romances habituelles qui traînent en longueur. Je n'ai que 19 ans et les problèmes posés sont bel et bien ceux d'adultes, j'ai pourtant été absorbé par l'histoire cela prouve donc que ce tome est fait autant pour les jeunes adultes que les adultes tout court. 

Ne vous en faites pas trop pour autant puisque fidèle au premier tome Jill Shalvis sait allier tristesse et joie pour le plus grand plaisir des lecteurs, ce deuxième tome reste donc une très bonne lecture d'été mais pas sans prise de tête (pour moi du moins !) 

 

En bref, je suis une nouvelle fois charmée, encore plus que le premier tome alors profitez-en l'été n'est pas encore tout à fait terminé !

 

Note: 16/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 13:21

couv4333312

 

Résumé:

« Je crois que cette fois, c’est sûr, je suis née sous une mauvaise étoile. J’ai d’abord découvert les vampires, puis les anges, ensuite les entre-deux, les démons, et maintenant, voilà qu’on me jette des sorts et qu’on accroche des poulets égorgés à ma porte. Il ne manquait plus que ça ! Daphnée, ma colocataire, affirme que c’est parce que j’ai un mauvais karma, tu parles !
Quoi qu’il en soit, j’allais devoir me sortir au plus vite de ce pétrin, mais c’était sans compter que j’avais une deuxième préoccupation : Greg le Bulldozer. Cet idiot s’était amouraché d’une griffeuse psychopathe que je ne voyais pas d’un bon œil. Il avait l’air d’avoir de sérieux problèmes.
C’était plus fort que moi, il fallait que je m’en mêle, même si à coup sûr, j’allais au-devant de sacrés ennuis. »

 

 

 

Mon avis:

C'est avec plaisir que j'ai débuté cette lecture que vous avez choisi pour le mois de juillet. Je dois dire que malgré un très bon souvenir du tome 1 je n'avais plus grand chose en mémoire et j'entamais cette lecture avec une légère appréhension, très vite dissipée ! 

 

Nous retrouvons donc Felicity toujours à Bath, je déteste cette ville depuis que nous y avons vécu lors d'un voyage scolaire désolée Sophie ! Dès le début l'histoire démarre sur les chapeaux de roues avec des sorts "vaudou" qui sont jetés sur Felicity ce qui rend la petite communauté d'anges, démons et entre-deux très perplexe. Et ce n'est que le commencement, Grec son ex semble avoir d'étranges relations avec une fille aux ongles très pointus... 

 

C'est très appréciable de retrouver la plume de Sophie Jomain que je ne peux à nouveau que vous recommander, il n'y a rien que de mieux que des auteurs francophones (Ps: quelques petites fautes d'orthographes qui sont passées entre les fils de la correction !). Même si le seul point négatif à ce deuxième tome est que l'intrigue est un peu trop facile, j'ai découvert qui était LA personne avant la moitié du roman ce qui est un peu décevant mais le niveau remonte très vite avec quelques rebondissements et surtout la fin !! Je ne peux malheureusement vous en dire plus. 

 

Les personnages sont beaucoup plus aboutis dans ce tome, ce qui est très appréciable et le brouillard autour de Stan, Felicity et Terrence se dissipe peu à peu. Je dois aussi féliciter fortement Sophie Jomain pour avoir réussi l'exploit de me faire apprécier un "triangle amoureux". Vous connaissez ma lassitude pour ce genre d'histoires et pourtant cette fois tout est parfais rien de trop niais et pas d'héroïne qui ne sait pas ce qu'elle veut. Nous découvrons aussi de nouveaux personnages qui, je pense, vont s'avérer très intéressants par la suite. 

 

Je n'ai qu'une chose à dire je n'attendrai pas aussi longtemps pour lire le tome 3 vivement septembre ! La fin de ce tome laisse présager une nouvelle intrigue et un nouvel élan à la saga. 

 

Note: 16/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 20:24

couv9397364

 

Résumé:

35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie. 
Quand la dystopie rencontre le conte de fées ! 

Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne...
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d'Illeá, la « Sélection » s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d'office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu'elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles...
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés : l'existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu'elle n'aurait jamais osé imaginer ?

 

 

 

Mon avis:

Oui voilà enfin mes chroniques en retard !! Je suis vraiment désolée de ne les faire que maintenant... 

Nous découvrons donc le monde de America qui fonctionne par caste, chaque caste correspond à un type de métier. Les castes vont de 8 à 1, des plus pauvres aux plus riches. Notre héroïne appartient, sa famille et elle, à la caste 5. Cependant, (comme en réalité pour les castes en Inde) il est très mal vu voire interdit pour une femme d'épouser un homme d'une caste plus basse qu'elle car cela la déclasse socialement. America aime pourtant depuis plus d'un an Aspen un jeune homme provenant de la caste 6. Cette année est très spécial puisqu'il s'agit de La Sélection, en effet chaque fois que le prince de la famille royal est en âge de se marier une sélection de jeunes femmes de son pays sont désignées "au hasard" afin que le prince puisse faire son choix. 

Cette Sélection s'avère être la chance de toutes femmes et familles puisque celle qui sera choisie par le Prince se verra accéder au rang royal c'est à dire à la caste 1 sa famille et elle, quelle que soit sa caste d'origine. Malheureusement America qui était bien l'une des seules à vouloir rester à sa vie habituelle va se retrouver dans la compétition malgré elle... 

 

Je dois avouer que l'idée de départ me tentait bien surtout vu les avis et coup de coeurs qui ne désemplissaient pas de la blogosphère. Pourtant je n'ai pas trouvé l'histoire aboutie et l'aspect intéressant des castes et de la dystopie est totalement mis de côté pour se concentrer sur le remake d'un Bachelor version YA... Malgré tout j'ai passé un agréable moment mais je n'ai vraiment pas compris l'engouement pour ce premier tome et j'ai été rassurée de voir que je n'étais pas la seule. Voici une nouvelle fois une saga qui, je suis sûre vu les avis du tome 2, aurait très bien pu être un seul roman, mais bon le fric toujours le fric... 

 

En bref rien de nouveaux, que ce soit dans le genre YA ou dystopique, je lirai le deuxième tome mais sans curiosité car tout est déjà bien trop prévisible. Voilà une saga qui ne restera pas gravée dans les annales mais qui fait passer un très bon moment quand même. 

 

Note: 14/20

 

Quand je m'attendais à beaucoup mieux...

tumblr_mq7818qll51ra8x1ao5_250.gif

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 14:50

couv51674147

 

Résumé:

On a beau être vampire,on n’en est pas moins femme…

Des maisons closes d’Alger aux dédales de Bombay, des ruelles sombres de Séville aux bûchers funéraires de Bénarès, les créatures de la nuit ne cessent d’envoûter les humains qui croisent leur route. Mais aujourd’hui comme hier, Carmilla, la sublime danseuse de flamenco vampire, ou Mâra, la Déesse écarlate, qui fut l’amante du Prince des Démons avant de devenir la favorite de nombreux maharadjahs, restent femmes jusqu’au bout des ongles : leurs passions et leurs vengeances sont implacables, surtout lorsqu’elles se piquent d’aimer des tueurs de vampires ou d’exterminer les buveurs de sang assez fous pour les combattre.
Entre l’or rouge et la magie noire, la crasse des théâtres et les sortilèges des palais indiens, la guerre du sang s’annonce plus funeste que jamais…

Voici enfin Rouge flamenco et La Déesse écarlate (prix Ozone 1998) réunis en intégrale, dans une édition entièrement revue et corrigée.

 

 

 

 

Mon avis:

 

Je remercie tout d'abord Livraddict et Bagelonne pour m'avoir envoyé cet intégral ainsi que Jeanne Faivre d'Arcier pour sa dédicace personnalisé !

Cet intégral comprends donc Rouge Flamenco et La déesse écarlate deux romans qui me tentaient beaucoup en particulier pour l'auteur qui est considéré comme la Anne Rice française !

Je dois pourtant vous mettre en garde car je trouve que la couverture ne représente pas du tout l'aspect du roman, en effet il ne s'agit pas de bit-lit mais bel et bien de fantastique pur et dur !

 

Je diviserais donc cette chronique en deux puisque j'ai lu deux romans bien distincts. Il faut aussi savoir que les deux romans sont divisés en plusieurs livres ce qui est une très bonne idée pour aérer l'histoire et créer une césure vu l'épaisseur de l'ouvrage.

 

Rouge Flamenco: 

 

Nous suivons donc Carmilla (hommage à Sheridan Le Fanu ?) une vampire de deux siècle fatiguée par son existence de tueuse à la recherche d'un sang de synthèse mais aussi de ses origines. En effet celle-ci a été transformée dans un bordel à Alger où son créateur l'a laissé avec pour seules informations des bracelets enchainés à son pied. 

Nous ne sommes pas du tout perdu puisque le début du roman s'avère être l'histoire de Carmilla en débutant par la rencontre de ses parents. Ce récit prend un certain moment et pourtant ne m'a pas paru si long que ça, l'écriture de Jeanne Faivre d'Arcier et je me suis délectée de ce vocabulaire riche que l'on ne trouve malheureusement plus beaucoup à cause des traductions. 

Au fil de ce roman Carmilla rencontre de nombreux personnages tous plus étonnants les uns que les autres. Je dois admettre ne pas m'être attachée aux personnages malgré un humour qui je pense n'était pas désiré par moment. Pourtant malgré ce manque d'attachement j'ai été plongé dans l'univers et était vraiment curieuse de connaitre la suite et fin de cette histoire. 

 

J'ai finalement beaucoup aimé ce premier tome en particulier le récit du passé de Carmilla qui était merveilleusement bien écrit et m'a fait voyagé !

 

 

 

La déesse écarlate:

 

Dans ce roman nous suivons Mâra un personnage que nous avons rencontré dans le premier tome et qui pour ma part s'avère être très intrigante. Malheureusement Carmilla n'est presque pas présente et j'en ai été assez déçue puisque cela me paraissait logique que l'on puisse retrouver les personnages de la "série" tout du long des tomes. 

Le début de ce second opus se concentre sur Jonathan, un jeune humain français d'origine indienne ne connaissant pas ses origines, que l'on suit de façon assez évasive jusqu'à ses 20 ans où la disparition d'une de ses amies (relation assez étrange Jonathan dit lui-même qu'il est "plus le frère que l'amant de cette rebelle") l'entraine à faire de nombreuses découvertes pour résoudre ce mystère. 

Une nouvelle fois comme dans le précedent tome nous voyageons énormement avec la plume de Jeanne Faivre D'Arcier qui nous emmène en Inde, cela m'a fait très plaisir de redécouvrir ce pays et cette culture (voir mon TPE de 1ère mdr) et j'ai beaucoup aimé l'impression que l'auteur s'était renseigné de façon approfondie. 

 

J'ai pourtant préféré le premier tome à celui-ci en effet je n'ai vraiment pas accroché sur les personnages malgré l'histoire vraiment prenante.

 

Je ne peux malheureusement pas vous en dire plus sur l'histoire de peur de vous spoiler.

 

 

En bref:

J'ai passé un bon moment qui m'a quand même paru très long par moment. Je dois admettre que si cet intégral n'avait pas été un SP je l'aurais probablement laissé de côté pour plus tard. 

Je pense que ce qui m'a dérangé le plus c'est bel et bien les trop longues descriptions, celles qui au départ ne me gênaient pas ont fini par être pesantes sur l'histoire. Je pense que c'est intégrale est fait pour être lu petit à petit et non pas d'une traite comme je l'ai fait. 

Je vous conseille fortement cette auteur et son écriture magnifique mais de façon modérée afin de ne pas faire d'overdose comme moi. Je lirai tout de même avec plaisir un autre roman de celle-ci !

 

Note: 12/20



Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 09:18

couv25468484

 

Résumé:

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l'emmener à Poudlard, une école de sorcellerie ! Voler en balai, jeter des sorts, combattre les trolls : Harry se révèle un sorcier doué. Mais quel est le mystère qui l'entoure ? Et qui est l'effroyable V..., le mage dont personne n'ose prononcer le nom ? Amitié, surprises, dangers, scènes comiques, Harry découvre ses pouvoirs et la vie à Poudlard. Le premier tome des aventures du jeune héros vous ensorcelle aussitôt !

 

 

Mon avis:

Comme vous le savez j'ai craqué pour le coffret HP avec toutes les réeditions qui sont juste sublimes. Je n'ai donc pas attendu longtemps pour lire ce tome 1 que je n'avais encore jamais lu (oui je sais mais j'ai lu HP 5, 6 et 7).

 

Ce serait vraiment une honte de vous faire à nouveau un résumé de HP en particulier le tome 1. Alors ce qui m'a assez étonné ce sont les différences entre le roman et le film. Bien entendu lorsqu'on adapte un roman on change toujours un peu l'histoire mais concernant les derniers tomes il n'y a pas beaucoup de différences avec les films. 

Je n'ai pas du tout trouvé que cela faisait trop jeunesse, l'écriture de J.K Rowling est formidable et peut vraiment plaire à tout âge. Les descriptions, qui sont le point principal dans une lecture pour enfants, sont présentes d'une manière très subtile en particulier à travers la "nourriture magique" et la beauté des lieux comme pour Poudlard ou le chemin de tarverse. On se retrouve complètement plongé dans l'univers et c'est avec plaisir que l'on trouve quelques différences avec le film. 

Je conseille énormément ce roman qui permet de vraiment se détendre et se rappeler de très bons souvenirs (c'est toute mon enfance). 

Avec les vacances vous avez de quoi vous faire une relecture complète ! ;)

 

Note: Mais c'est HP quoi ! 

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 10:13

couv74718860

 

Résumé:

Joseph, jeune cordon-bleu hawaïen, gère une entreprise de cantine pour les tournages venus profiter de l'exotisme de son île. Une ambiance familiale et détendue sur fond de paradis tropical. Dans le monde impitoyable du show - biz américain, cela ne pouvait pas durer. Pas avec big jack lucey, le roi du secteur sur la côte ouest, qui doit à ses méthodes expéditives d'être assis sur un paquet de dollars et se trimballe une redoutable réputation. Face au débarquement en force de ce magnat de la malbouffe, les hawaïens organisent une riposte inoubliable...

 

 

 

Mon avis:

Voilà donc un roman que j'ai reçu dans le cadre de la Masse critique Babelio, je les remercie donc pour cet envoi. Je dois vous admettre que je ne savais pas vraiment dans quoi je me lançais, en effet le résumé est assez attrayant sans vraiment nous en dire beaucoup. Pourtant j'ai passé un agréable moment ! 

Le plus déconcertant avec ce roman fut le premier chapitre, il est indiqué "fin de l'histoire" j'ai donc fortement hésité à ne pas le lire pour passer au début de l'histoire. Puis je me suis dit qu'il y avait bien une raison et j'ai respecté les souhaits ce que je n'ai pas regretté puisque tout au long du roman nous cherchons à comprendre comment et pourquoi nous arriverons à une telle fin. 

Nous suivons donc plusieurs personnages en parallèles par à travers les chapitres mais à travers de courtes ellipses entre les paragraphes ce qui pose un léger problème au début du roman puisque le lecteur est plongé directement dans l'histoire sans savoir qui est qui, heureusement cela s'arrange par la suite. Le roman se passe en grande partie à Hawaï, le rêve, où Joseph jeune cuisinier virtuose a créer un petit business avec son oncle, celui de vendre des repas au personnages du show-biz venant tourné sur l'île durant leur pauses. Pourtant un américain décide de venir et installer son propre business de cantine à Hawaï, ce qui ne plait pas du tout aux Hawaïens... 

Je ne peux malheureusement vous en dire plus concernant l'histoire sans vous spoiler puisque le roman dérive rapidement. 

J'ai beaucoup aimé cet aspect mafieux à la Pulp Fiction version hawaïenne. Le fait de changer constamment de personnages n'est pas dérangeant à la longue, cela permet de connaitre tous les détails de cette histoire rocambolesque. Le seul point négatif s'avère être la fin que j'ai trouvé très spéciale et glauque, de nombreuses fois j'ai ressenti du dégoût à la limite de la nausée. 

Cependant que cela ne vous empêche pas de lire ce roman qui est très dépaysant déjà pour son univers Hawaïen et surtout le fait d'avoir un personnage cuisinier qui fait toujours des références à la cuisine typique nous donne l'eau à la bouche (oui j'adore quand un roman décrit des passages culinaires ! ). 

 

En bref si vous voulez vous évader dans un Pulp Fiction Hawaïen qu'il fasse beau ou moche chez vous plongez-vous dans Delicious pour prendre une bonne rasade de soleil !

 

Note: 13/20

 


Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 22:15

couv52054522.jpg

 

 

Résumé:

La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir et lui permettra d'affronter le regard des autres. Un récit tendre et sensible. 

 

Mon avis:

Voilà donc un moment que je voulais m'offrir cette BD qui m'attirait énormément de part sa superbe couverture mais surtout du thème abordé. En effet c'est encore rare de trouver des ouvrages consacrés à l'homosexualité, ce qui est déplorable mais là n'est pas le sujet. Vous avez probablement étendu parler de cette BD étant donné qu'elle a inspiré un film qui a décroché la Palme d'or cette année (2013). C'est donc avec plaisir que je l'ai trouvé avec facilité en vente en librairie, ce qui n'était pas le cas auparavant. Je vous préviens c'est un énorme coup de coeur ! 

 

Nous découvrons donc Clémentine en plein dans l'adolescence qui se cherche et commence à ressentir peu à peu de l'intérêt pour les filles. Bien entendu celle-ci passe par toutes les périodes dont le déni. Ce n'est qu'en rencontrant Emma que Clémentine va enfin vouloir s'affirmer et assumer son amour non sans difficultés... 

 

Tous les personnages présents sont forts et nous pouvons fortement nous y attacher puisque cette BD s'avère plus épaisse que les autres (elle vaut donc son prix je vous l'assure). L'histoire est sans chichis et semble être inspiré de la propre de l'auteur, celle-ci étant homosexuelle. Il est très difficile de vous parler plus en profondeur de l'histoire de cette BD sans vous spoiler. Je veux tout de même que vous sachiez que si vous avez une bande dessinée à lire, en particulier en cette "période de troubles en France" c'est bien celle-ci. 

Cette BD est juste un hymne à la réconciliation. Je pense que l'auteur a essayer de faire comprendre aux homophobes la douleur, la peur que ressent une personne homosexuelle (même si les homophobes ne liront probablement pas cette BD). On ne choisit pas de devenir homosexuel, c'est bel et bien cette phrase qui ressort constamment à la lecture de cette BD même si nous sommes déjà censés tous savoir ça. 

 

Au niveau des dessins, un seul mot pour les décrire MAGNIFIQUE ! Par contre petit détail pour avertir les plus jeunes ou parents il y a bel et bien quelques scènes de sexe, pas énormément explicites mais présentes quand même. 

 

Comme vous l'aurez compris il s'agit d'un gros coup de coeur où j'accorde la note maximale. Vraiment lisez cette BD !! 

 

20/20

 



Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 10:33

couv9051470

 

Résumé:

Rentrée 1957.
Le plus prestigieux lycée de l'Arkansas ouvre pour la première fois ses portes à des étudiants noirs. Ils sont neuf à tenter l'aventure. Ils sont deux mille cinq cents, prêts à tout pour les en empêcher. 

Cette histoire est inspirée de faits réels

 

Mon avis:

C'est une nouvelle fois grâce (ou à cause?) de la blogopshère que j'ai découvert un roman, il s'agit donc de Sweet Sixteen, qui se déroule en plein dans la ségrégation. Je vous conseille de regarder de plus près ce roman si vous tombez dessus en librairie la couverture est très belle. L'ambiance se fait ressentir tout de suite avec un fond marron et un titre blanc en grain et superposition. Sans parler de la division autant sur le "réservé aux blancs" et les deux petites filles au dessus. 

 

Il faut savoir que cette histoire est inspiré de faits réels, vous pouvez trouver plus d'informations en tapant "neuf de little rock" ou en lisant le livre tout simplement ;)

littlerock-topper.jpg

L'auteur a eu l'ingénieuse idée de parler d'un même évènement, l'intégration de neuf noirs dans une école de blancs, sous deux visions différentes l'une venant d'une blanche étudiant dans ce lycée et l'autre d'une noire qui allait l'intégrer. Nous suivons donc parallèlement Grace la jeune blanche populaire du lycée que j'ai trouvé insupportable et Molly la jeune noire timide et terrifiée. Comme vous avez pu le deviner le roman explique donc la rentrée de ces neuf jeunes noirs au lycée de Little Rock. 

 

Je m'attendais à un roman fort, des insultes voire des coups mais certainement pas à ce que j'ai lu. Je n'ai pas pleuré mais j'ai eu très souvent une boule au ventre en lisant ce roman. On se demande régulièrement "Mais comment cela a t-il pu se produire? Après tout c'était il y a quelques années seulement !". 

Le roman jeunesse ne cause pas de tort à l'histoire, hormis qu'elle est assez courte, j'ai beaucoup apprécié l'écriture de Annelise Heurtier (une française oui !) et j'ai hâte de lire un autre roman de sa plume.

Je vous conseille fortement ce roman qui vous permet d'apprendre, comprendre et surtout vivre la ségrégation. Après cette lecture je suis sûre de me procurer La couleur des sentiments de Kathryn Stockett qui est un roman pour adulte et qui aborde aussi la ségrégation raciale.

 

Note: 16/20

 



 

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 21:08

le-fanu-carmilla1

 

Résumé:

Dans un château de la lointaine Styrie, au début du XIXe siècle, vit une jeune fille solitaire et maladive.
Lorsque surgit d'un attelage accidenté près du vieux pont gothique la silhouette ravissante de Carmilla, une vie nouvelle commence pour l'héroïne. Une étrange maladie se répand dans la région, tandis qu'une inquiétante torpeur s'empare de celle qui bientôt ne peut plus résister à la séduction de Carmilla... Un amour ineffable grandit entre les deux créatures, la prédatrice et sa proie, associées à tout jamais " par la plus bizarre maladie qui eût affligé un être humain ".
Métaphore implacable de l'amour interdit, Carmilla envoûte jusqu'à la dernière ligne... jusqu'à la dernière goutte de sang !

 

Mon avis:

Voici un court roman qui me faisait envie depuis un bon moment mais étant très difficile à se procurer directement en librairie j'ai profité du salon du livre pour me l'acheter. 

La couverture n'est pas vraiment significative de l'atmosphère du roman, mais je vous laisse le lire pour juger vous-même.

Nous suivons donc Laura, jeune femme de 19 ans vivant auprès de son père dans le château familial (petite pensée pour Les larmes rouges de Georgia Caldera !). Lors de son enfance celle-ci aurait rencontré un être étrange qui se serait glissé dans son lit, cependant elle ne sait si il s'agit d'un rêve ou de la réalité. Un jour, un attelage a un accident juste devant le château familial, sans vraiment s'en rendre compte le père et sa fille se retrouve à la charge d'une jeune fille nommée Carmilla. En effet, étant blessée et sa mère très pressée celle-ci séjournera quelques semaines dans le château. Pourtant, quelque chose cloche avec Carmilla et Laura semble fascinée et terrifiée par elle...

Vous l'aurez compris il s'agit d'un roman considéré comme une base dans les romans vampiriques. L'écriture de Sheridan Le Fanu fait un bien fou, en effet on ressent fortement le XIXème siècle qui nous éloigne vraiment du contemporain ou même de certains classiques. Je regrette pourtant fortement que l'aspect de l'attirance n'est pas été poussée plus loin, beaucoup parle d'homosexualité mais ce n'est pas le cas. Il y a bel et bien une ambiguité entre Laura et Carmilla mais cela s'arrête là. 

Cela reste pour autant une très bonne lecture que je vous conseille pour faire une courte pause entre des lectures qui se ressemblent malheureusement souvent trop au niveau de l'écriture. 

 

Note: 13/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lesyeuxplusgrosqueletemps
  • Le blog de lesyeuxplusgrosqueletemps
  • : Bientôt deux ans que je tiens ce blog et j'aime toujours autant partager avec vous mes passions, déception littéraires !
  • Contact

Lectures En Cours

9782330018726

 

couv25301802

 

Recherche

 

 

 

 

blog_se_nourrit_commentaire2.jpg

 

bonial – prospectus et catalogues de vos magasins – moins de papier!

 

 

the fault in our stars by aninhat t-d5v9j4b
book-buying-ban

 

Dernier Coup De Coeur !

couv73822958

Chronique ICI !