Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 20:55

9782864249108FS

 

Résumé:

Max est l'humain de Mix et Mix est le chat de Max. Ils grandissent ensemble, ils sont amis pour de vrai. Lorsque Max part faire ses études, il emmène son chat bien-aimé. Max est souvent absent et Mix, devenu vieux et aveugle, passe de longues journées solitaires. Un jour un bruit suspect lui révèle la présence d'une souris mexicaine très sympathique, qu'il baptise Mex. La souris bavarde et trouillarde, raconte le monde à Mix, qui l'emmène en balade et lui donne un coup de main quand il faut atteindre la dernière étagère du placard. Ils sont très différents mais entre le chat rêveur et la souris gourmande et volubile naît une amitié comme sait si bien les raconter Luis Sepúlveda.

 

 

Mon avis:

C'est avec plaisir que j'ai acheté le tout dernier "roman" de Sepulveda à l'occasion du salon du livre et étant donné l'épaisseur du livre (78 pages) je me suis fait plaisir.

Nous découvrons Mix qui est le chat de Max (ou comme le dirait le résumé vice versa). Alors que Max grandit Mix, lui, vieilli et devient aveugle. C'est alors qu'il rencontre Mex une souris tout sauf ordinaire... 

Alors oui au premier abord on croirait un conte pour enfants mais pas seulement, l'écriture de Sepulveda parvient à transfomer une histoire enfantine en une petite quête de vérité qui aborde plusieurs thèmes essentiels de la vie. J'ai été charmé du début à la fin, les illustrations qui accompagnent l'histoire sont superbes mais ce qui est le plus beau reste l'écriture en elle-même. 

 

Avec ce roman j'ai repensé aux livres qu'on me lisait au lit étant petite et je me suis dit qu'il s'agissait du même genre de livres sauf que celu-ci pouvait être lu par les enfants et les adultes, chacun interprétant l'histoire à sa manière. 

 

J'ai beaucoup apprécié les dernières pages où Sepulveda nous explique pourquoi il a toujours préféré les chats ainsi qu'une petite anecdote. 

Je vous conseille fortement cette petite histoire si vous voulez vous évader et avoir une belle oeuvre dans votre bibliothèque. Et n'oubliez pas chez Sepulveda il faut surtout avoir lu Le vieux qui lisait des romans d'amour ! 

 

Note: 15/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 11:09

couv60541920

 

Résumé:

Willy Wonka's famous chocolate factory is opening at last!

But only five lucky children will be allowed inside. And the winners are: Augustus Gloop, an enormously fat boy whose hobby is eating; Veruca Salt, a spoiled-rotten brat whose parents are wrapped around her little finger; Violet Beauregarde, a dim-witted gum-chewer with the fastest jaws around; Mike Teavee, a toy pistol-toting gangster-in-training who is obsessed with television; and Charlie Bucket, Our Hero, a boy who is honest and kind, brave and true, and good and ready for the wildest time of his life!

 

 

 

Mon avis:

Je dois dire que je n'avais jamais vraiment eu l'idée de lire du Roald Dahl en anglais mais lorsque mon père m'a offert ce roman je me suis dit pourquoi pas. Etant donné que j'avais lu le roman en français et que j'avais vu le film.

 

Dois-je vraiment vous rappeler l'histoire? Allez brièvement. Charlie vit donc avec ses grand-parents et parents dans une maison délabrée où ils mangent rarement à leur faim. Dans cette ville se trouve la plus grande usine de chocolat au monde la chocolaterie de Willy Wonka. Cependant personne n'a vu celui-ci depuis de très longues années et il sembllerait que celui-ci n'ait pas d'employés. Un jour Willy Wonka annonce que cinq enfants auront la possibilité de visiter sa chocolaterie. Après la suite nous la connaissons tous mais je ne la raconterai pas ;)

 

J'étais très contente de retrouver l'écriture de Roald Dahl, elle est aussi sympathique en anglais qu'en français. J'ai vraiment remarqué que son écriture était adapté à tous les âges, les jeunes se réjouiront des histoires incroyables et les plus vieux avec les néologismes de l'auteur. Les deux m'ont charmé. Le seul point "négatif" serait peut-être le manque d'actions, il n'y en a pas forcément dans l'histoire mais c'est sûrement pour cela que je l'ai laissé trainer pendant un moment je ne ressentais pas le besoin irrépressible de connaitre la suite (en même temps je la connaissais...). 

En bref, c'était une très bonne lecture un peu moins facile que je ne me l'imaginais mais pour les débutants je vous le conseille quand même. Si vous voulez replongez dans l'univers fou de Willy Wonka foncez ! 

 

Note: 16/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 21:49

couv23332997

 

 

Résumé:

Copier coller toujours impossible avec clavier actuel... Je vais en essayer un demain et si ça ne marche il faudra attendre que j'ai les moyens de me racheter un clavier mac désolée... 

 

 

Mon avis:

Voici donc une lecture à laquelle je n'aurais jamais penser sans y avoir été "obligée". En effet en cette année 2013 il s'agit de Zazie dans le métro qu'il faut étudier pour le bac de littérature. Je me suis donc lancée dans ce roman avec beaucoup d'à priori, en particulier à cause du style très spécial. 

Nous suivons donc Zazie qui part à Paris pour seulement une journée où son oncle doit la garder. Celle-ci est au départ obsédée par le métro et décide de s'enfuir afin de visiter (à sa façon) Paris. C'est à partir de cette fugue de Zazie que nous découvrons les personnages qui forgeront l'histoire de ce roman... 

Le personnage de Zazie est assez spéciale, même si il m'a fait sourire de nombreuses fois. J'ai pourtant été beaucoup gênée par le manque d'informations concernant les personnages, en particulier sur l'âge de Zazie. Son oncle, Gabriel m'a beaucoup plu grâce à une certaine révélation... En ce qui concerne les autres personnages ils sont nombreux, peut-être trop. Le manque de description même minimum des personnages rend la lecture assez désagréable à toujours se demander qui est qui. 

Le style de Queneau ne m'a dérangée contrairement à ce que j'aurais pensé. Bien entendu il y a un style assez spécial qui s'avère être un jeu de langue durant toute l'histoire pour donner un air plus "authentique" aux parisiens ammateurs du bar au coin de la rue (en gros le parigot qui aime bien boire du vin, même si ici il s'agit de grenadine). 

J'ai beaucoup appréciée le début de ma lecture et malheureusement ce ne sont que les vingt dernières pages qui m'ont déçue, donc la fin. Des amis qui avaient déjà terminé le roman m'avait parlé d'une fin incompréhensible et c'est en quelque sorte le cas. Tout va trop vite et ne comprends vraiment pas ce qu'il se passe et surtout pourquoi. Heureusement Queneau rattrape le tout avec la toute dernière phrase du roman, que je ne citerai pas pour ne pas vous spoiler. 

En bref, je pense qu'il n'y a pas de logique à chercher dans la lecture de ce roman le plus important s'avère être le style et non l'histoire. Je vous conseille donc ce roman si vous voulez découvrir ce "best-seller de 1959" et bien sûr si vous vous interessez aux styles novateurs. 

 

Note: 12/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 18:31

couv75677443

 

Résumé:

Dans un village corse perché loin de la côte, le bar local est en train de connaître une mutation profonde sous l'impulsion de ses nouveaux gérants. A la surprise générale, ces deux enfants du pays ont tourné le dos à de prometteuses études de philosophie sur le continent, pour, fidèles aux enseignements de Leibniz, transformer un modeste débit de boissons en "meilleur des mondes possibles". Mais c'est bientôt l'enfer en personne qui s'invite au comptoir, réactivant des blessures très anciennes ou conviant à d'irréversibles profanations des êtres assujettis à des rêves indigents de bonheur, et victimes, à leur insu, de la tragique propension de l'âme humaine à se corrompre. 
Entrant, par-delà les siècles, en résonance avec le sermon par lequel saint Augustin tenta, à Hippone, de consoler ses fidèles de la fragilité des royaumes terrestres, Jérôme Ferrari jette, au fil d'une écriture somptueuse d'exigence, une lumière impitoyable sur la malédiction qui condamne les hommes à voir s'effondrer les mondes qu'ils édifient et à accomplir, ici-bas, leur part d'échec en refondant sans trêve, sur le sang ou les larmes, leurs impossibles mythologies.

 

 

Mon avis:

Voici un roman qui m'intriguait énormément et je dois admettre que je me suis jetée dessus lorsque je l'ai aperçu dans mon CDI. 

 

Il s'agit de l'histoire de l'histoire de Matthieu et de son ami Libero qui déçus par leurs études de philosophie décident de reprendre un bar en faillite en Corse. Ils arriveront à faire d'un bar "miteux" à une véritable entreprise qui marche. Cependant une certaine avarice commence à envahir les deux amis et lorsque le grand-père de Matthieu, Marcel, disparait leur monde s'effrondre. 

Au niveau de l'histoire je ne peux pas vous en dire plus de peur de vous la gâcher. 

Au fil du roman on se rend compte de l'influence de la philosophie sur Jérôme Ferrari. Le style et l'écriture sont probablement le problème et le bonheur du lecteur, on peut soit se concentrer sur l'écriture de Ferrari qui est juste magnifique mais on peut très bien aussi peiner lors de la simple lecture. Je m'explique, en effet j'ai moi-même eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire pour cause d'un trop grand nombre de personnage, la longueur des phrases et le manque de description.

C'est assez drôle car de nos jours on se plaint plus de trop de descriptions que pas assez mais j'ai eu beaucoup de mal à visualer les personnages et les différencier les uns des autres à part pour Gratas. Je pense que c'est ce qui a fait que j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire au départ. Mais peu à peu je me suis laissée prendre en particulier par le charme du bar et de ces personnages plus ou moins excentriques. 

 

En bref, ce fût une bonne lecture que je ne conseille pourtant pas à tous malgré la superbe écriture de Jérôme Ferrari qui donne envie de le rencontrer pour voir si le personnage est autant haut en couleur que ses mots. 

 

Note: 13/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 18:50

couv33491114

 

 

Résumé:

Rose Hathaway's got serious guy trouble. Her gorgeous tutor Dimitri has his eye on someone else, her friend Mason has a huge crush on her, and she keeps getting stuck in her best friend Lissa's head while she's making out with her boyfriend, Christian. (So not cool).

Then a massive Strigoi attack puts St. Vladimir's on high alert, and the Academy crawls with Guardians--including the legendary Janine Hathaway...Rose's formidable, long-absent mother. The Strigoi are closing in, and the Academy's not taking any risks. This year, St. Vlad's annual holiday ski trip is mandatory.

But the glittering winter landscape and the posh Idaho resort only provide the illusion of safety. When three students run away to strike back against the deadly Strigoi, Rose must join forces with Christian to rescue them. Only this time, Rose--and her heart--are in more danger than she ever could have imagined...

 

 

Mon avis:

J'avais beaucoup apprécié le premier tome du roman graphique de Vampire Academy, il avait bien  retranscrit les moments les plus importants du roman et je me suis donc fait un plaisir de lire le tome 2. 

 

Généralement les personnes qui lisent les romans graphiques sont ceux qui ont lu la saga et comme j'avais beaucoup apprécié Vampire Academy je me suis lancée dans les romans graphiques. Je ne vous ferais pas de résumé au niveau de l'histoire pour ne pas spoiler ceux qui n'auraient pas encore lu le premier tome (ce que vous devriez faire !). 

Je pense que le roman graphique aurait du être un peu plus gros que le précédent car malheureusement on sent bien que la fin est bâclé tout va trop vite et c'est là que je vous conseille vraiment de lire les romans avant de commencer la saga graphique; sinon je pense que vous risquez de ne pas tout comprendre. 

Pour ce qui est des dessins, j'ai toujours un peu de mal, le problème pour moi se trouve au niveau du visage, très souvent j'ai remarqué que quelque chose clochait. Les visages sont souvent trop allongés et les yeux trop petits, néanmoins on remarque que l'illustratrice s'améliore au fil des tomes car certains dessins sont juste superbes. Nous avons l'occasion de voir pour la première Adrian dans ce tome et je dois dire que contrairement à Dimitri, là je suis très contente du résultat (je vous montrerai une image de lui dans la présentation de ma PAL en vidéo). 

En bref, j'ai passé à nouveau un très bon moment, ça fait du bien de se replonger dans l'univers de VA. Mais je dois dire que je sauterais au plafond si j'apprenais que c'était Succubus qui était adapté en roman graphique, on peut toujours rêver. Un roman graphique que je conseille à tous les fans de VA ! 

 

Note: 15/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 19:13

9782709642521-G

 

 

Résumé:

Romantique, libérateur et totalement addictif, ce roman vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.

Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête.

Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble.

Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

 

 

Mon avis:

J'ai enfin terminé ce sacré pavé qui fait beaucoup parlé de lui ! Je voulais me faire mon propre avis comme toujours ce n'est pas parcequ'une majorité de personne dit que ce roman est bien ou pas que ça l'est vraiment. J'ai remarqué aussi qu'il y a souvent des phénomènes de masse ce que je déteste. Voici donc mon avis, qui ne reste que personnel, sur ce roman controversé.

 

L'histoire est simple et semble cliché au premier abord, Ana Steel une jeune étudiante complètement empotée va devoir interviewer à la place de son amie Kate, pour le journal de leur fac, un grand magnat des finances, Christian Grey. Cela va plutôt bien se passer et Christian Grey semble assez chaleureux avec elle mais pourtant c'est deux là vont être amener à se revoir... 

Une fille qui tombe amoureuse d'un homme magnifique et riche, on en a vu des romans comme ça mais ce qui diffère on le sait tous c'est la partie "S.M" du roman. Christian a donc des préférences assez spécial de ce côté-ci et ne sort avec personne il a juste des soumises pour un certain temps. Au début je me suis vraiment demandé si j'étais capable de lire un roman pareil mais je me suis lancée en écoutant les autres bloggeurs qui disaient que c'était vraiment très soft. En effet je n'ai jamais été choquée et je pense même que ce roman pourrait ne pas être classé en érotique car il n'y en a pas tant que ça. Un seul moment m'a uhn peu dégoutée mais ça, on va dire que ça n'a pas beaucoup de rapport avec le sexe, je parle de la scène du bain si vous voyez de quoi je veux parler. 

Passons aux personnages... Car, oui on en a entendu parler du fameux Christian Grey et je dois dire que j'ai aussi été sous le charme même si j'ai eu de plus gros coup de coeur de "mâles livresques". Christian est un personnage très complexe, à la fin du roman on n'en sait pas beaucoup plus qu'au début juste qu'il a vécu des choses assez perturbante dans son enfance et adolescence. Ana, par contre, m'a comme tout le monde exaspérée au début, ok c'est censé être une autre version de Bella qui est maladroite, mais de là à la faire tomber toutes les cinq minutes... Néanmoins l'auteur a arrêté définitivement avec ça un peu avant la moitié du roman. Ana m'a plus fait pitié qu'autre chose et je ne l'ai pas trouvé si bête que ça à la fin du roman, il s'est avéré pour moi qu'il s'agissait d'un personnage beaucoup plus courageux que je ne pensais. 

Pour ce qui est de l'écriture, j'ai lu pas mal de chroniques qui disaient que c'était carrément horrible ou autre et que les bloggeurs qui avaient aimé ce roman, parlaient comme des CE1... Alors là je trouve ça assez pitoyable de s'en prendre aux bloggeurs si on aime pas un livre c'est l'auteur, l'histoire mais chacun ses goûts... J'assume j'ai aimé FSOG et pourtant je lis des classiques très souvent je suis en L et je ne suis pas la seule dans ce cas-là. J'ai vraiment eu l'impression que ce roman se faisait massacrer et que personne ne voulant dire le contraire en faisait de même. Bien entendu l'écriture de E.L James n'est pas formidable mais j'ai vu bien pire comme par exemple Jay Asher, le problème du roman au niveau de l'écriture c'est que l'auteur tout d'abord n'a pas de style. Les nombreuses répétitions sont aussi un gros point faible mais ce qui m'a vraiment dérangé c'est les passages language "normal" à "cru", c'est vrai que par moment on a l'impression d'être dans un vieux porno..

 

Pourtant j'ai été emportée par cette histoire sans parler du fait que la fin nous laisse vraiment pantois alors sans complexe je le dis malgré les défauts de FSOG j'ai aimé ! Si on veut faire genre on lit toujours des romans "intelligents" alors bien entendu ne vous lancer pas là-dedans, cependant si vous voulez une lecture addictive qui va vous détendre entre deux livres plus complexes alors let's go !  

 

C'était une très longue chronique mais je pense que c'est ce qu'il fallait pour vraiment pouvoir parler de ce roman. 

 

Note: 15/20

 

Trailer que j'aime:

 

                                  fifty-shades-of-grey

 

 

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 19:57

couv27281427

 

Résumé:

Ten extraordinary stories about extraordinary people. Some are true, some are completely fictional. But which? Did Einstein truly exchange places with his chauffeur at a physics conference? Does Queen Elizabeth play poker with her servants? And, of course, did Ernest Hemingway really have a killer chihuahua?
Amusing, beautiful, sensual, perturbing…

Ten very different stories with one thing in common: each presents a fascinating mystery!

 

 

 

Mon avis:

Je vous l'avais présenté dans une précédente vidéo voici enfin très en retard ma chronique ! 

Il s'agit donc du roman que je vous conseille fortement pour commencer la vo, c'est vraiment très simple même pas besoin de dictionnaire donc si vous voulez vous lancer peu à peu dans la vo go on ;)

 

Le principe de ce livre est donc de regrouper dix nouvelles qui concernent des "célébrités" du type Einstein, la reine d'Angleterre, Hemigway... Dans ces nouvelles nous avons droit à une anecdote sur la vie de ce personnage souvent assez drôle, sur les dix histoires seulement cinq sont vraies c'est à nous de deviner et pour connaitre la réponse à la fin du roman un site internet est indiqué pour les connaitre. Vous ne resterez donc pas sur votre faim. 

En bref je ne peux pas dire grand chose des histoires sans vous spoiler je vous laisse donc découvrir par vous même cette petite maison d'édition, spécialisée pour la lecture internationale, très sympathique. 

 

Je décerne la médaille à cette chronique pour la PLUS PETITE de l'histoire du blog wouhou !! 


 

Note: 15/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 12:39

                                         couv42846536

 

 

Résumé:

Blonde, rousse, brune, ingénue, exotique, impertinente, docile... elle est toutes les femmes, elle est celle dont tous les hommes rêvent et qu'ils aimeraient avoir dans le meilleur des mondes possibles ! 
Ray Bradbury, grand maître de l'imaginaire, nous entraîne dans son univers où le fantastique et la poésie se rejoignent.

 

 

Mon avis:

La couverture et le résumé m'ont vraiment tapé dans l'oeil, pourtant ces nouvelles se sont avérés être tout le contraire de ce a quoi je m'imaginais sans pour autant me décevoir. 

Ce livre contient cinq nouvelles de l'auteur du très connu Farheinheit 451. Je dois dire que ça a vraiment été dans un ordre croissant la première ne m'a pas du tout plue, la seconde m'a ennuyée puis les trois dernières ont fait monter de mieux en mieux mon avis. 

 

Le petit tambour de Shiloh:

Il s'agit de la nouvelle la plus courte je ne peux donc pas beaucoup en parler. Il s'agit d'un enfant avec un tambour qui apparemment s'en va à la guerre. J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire car l'écriture de Bradbury est assez déstabilisante au début. Je ne saurais vraiment pas comment expliquer ce que j'ai ressenti durant la lecture de cette nouvelle, ce n'est pas que je n'ai rien compri mais je n'ai vu ni le sens, ni le but ni le fantastique... 

 

Et le marin, de retour de la mer:

Un couple vogue sur l'océan avec un navire et son équipage. L'homme raconte à sa femme un conte grec dans lequel une humaine qui par sa beauté a rendu jalouse les dieux ne pourra plus toucher la terre sans mourir. La femme se met donc en tête qu'elle est dans la même situation... Une nouvelle pas de fantastique mais je ne vais pas me répeter à chaque fois puisque je n'ai vraiment déceler du fantastique dans aucunes des nouvelles. L'intérêt que j'ai porté à cette nouvelle concerne le grand thème de celle-ci la puissance de la croyance je ne vous en dis pas plus... 

 

La femme illustrée:

La première nouvelle qui m'a vraiment intéressée ! Il s'agit de l'histoire d'un psychiatre qui un jour a pour cliente une femme obèse qui lui demande de l'aider dans sa vie amoureuse. Le dénouement de cette nouvelle est vraiment très très sympa. 

 

Un rare miracle d'ingéniosité:

C'est l'histoire de Will et de Bob deux amis, à chaque fois qu'ils trouvent quelque chose pour gagner de l'argent Ned Hopper vient forcémement le leur voler. Un jour sur la route il découvre un mirage incensé... La fin de cette nouvelle nous donne une petite leçon que j'ai bien aimé. 

 

Le meilleur des mondes possibles:

La nouvelle que j'attendais au tournant puisque c'est de celle-ci dont le résumé parle. Je dois dire que c'est ma préférée j'ai adoré ce n'est pas du tout ce à quoi on s'attend mais Bradbury nous dévoile une fin qui m'a vraiment fait sourire. 

Citation de cette nouvelle: "Mon grand-père m'a dit un jour: grand par le sexe, petit par l'esprit, voilà le destin de l'homme". 

 

En bref, les trois dernières nouvelles ont vraiment rattrapé les deux premières. Si vous aimez les nouvelles, mais attention ne pas se faire avoir comme moi en pensant que c'est du fantastique, les belles écritures et les petits prix ( 2 euros) faite vous plaisir avec celui-ci ! 

 

Note: 15/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 18:18

                                         couv2884558

 

Résumé:

Une guerre fait rage à l’insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ils sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire.
Zadiste, ancien esclave de sang, est le plus effrayant des membres de la Confrérie. Réputé pour sa fureur intarissable, ce sauvage est craint des humains et des vampires. La terreur est sa seule compagne et la souffrance sa seule passion… jusqu’à ce qu’il tire une ravissante femelle des griffes des éradiqueurs. Tout pourrait changer, mais le guerrier est rattrapé par son passé et se sent glisser lentement vers la folie. Animé par un désir de vengeance, il fera tout pour protéger Bella de ses bourreaux et surtout… de lui-même.

 

 

 

 

Mon avis:

Oui vous attendez cette chronique depuis un bon moment et même si j'ai apprécié cette lecture je contente de l'avoir terminé trainer trop longtemps sur un livre n'est vraiment pas intéressant. J'espère pouvoir trouver le temps pour reprendre mon rythme normal même si j'en doute. Bref petit aparté terminé ! 

 

Nous retrouvons donc la Confrérie dans un troisième tome avec Zadiste, ancien esclave sexuel, en personnage principal. Ce tome commence directement par la suite du tome 2 ce qui peut être un peu perturbant au début mais on se retrouve vite dans l'histoire. Zadiste parti à la recherche de Bella qui s'est fait enlevé par un éradiqueur. Celle-ci très intéressé par Zadiste va essayer de le changer mais son passé les rattrape bien vite... 

 

J'attendais avec impatience ce tome car Zadiste est l'un des personnages les plus intriguant par son passé. Malheureusement celui-ci n'est vraiment pas assez développé à mon goût on a bien droit à quelques flash-back mais bon je pense que l'auteur aurait pu accentuer un peu plus sur ce passé qui expliquer la personnalité de Zadiste. Le personnage de Zadiste en lui-même est assez égal à lui-même dans ce tome même si je trouve que la fin le concernant est un peu trop tiré par les cheveux ou plutôt je pense qu'un seul tome ne peut pas suffir au personnage complexe qu'est Zadiste. Le frère jumeau de Zadiste, Fhurie, est assez présent dans ce tome puisque celui-ci s'intéresse depuis le deuxième tome à Bella. Je dois dire qu'il a été mon petit chouchou de ce tome et m'a vraiment donné envie de continuer dans la saga pour lire le roman le concernant. Enfin passons à Bella, un peu trop changeante à mon goût comme beaucoup de personnage féminin littéraire c'est le "ni oui ni non" même si je peux accorder un pardon à J.R Ward étant donné le personnage de Zadiste. (Mon Dieu combien de fois j'ai dit Zadiste dans cette chronique??)

 

En bref, comme le tome 2 nous avons droit à une fin qui serre le coeur et que j'ai adoré. L'histoire est beaucoup plus intéressante et prenante que le tome 2 mais pourtant je préfère le couple Rhage/Mary même si j'ai hâte de lire le spin off sur Zadiste et Bella dans le guide officiel de la confrérie ! Il est dommage que le tome 4 ne soit pas basé sur Fhurie car la fin laisse vraiment présagé un grand changement vis à vis de ce personnage. Mais malheureusement encore un gros point négatif pour la traduction, mais que fait Milady??!! 

 

 

Note: 16/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 20:35

couv839917

 

 

Résumé:

Florence, 1537. Alexandre règne par la terreur, et la vertu a fui. Jusqu'à son cousin Lorenzo qui a changé de visage ! Lui qui était un modèle de pureté, il s'est fait entremetteur. Par mépris, on le surnomme Lorenzaccio. Lorenzaccio ne serait-il qu'un masque ? C'est que Renzo a un projet fou : à lui seul, il veut tuer le tyran. Pour l'approcher, le héros joue le débauché. Mais le rôle n'est pas sans risques. Très vite, le costume lui colle à la peau. Florence et Lorenzaccio, c'est tout comme. Trop divisés pour jamais s'entendre, ils sont tous deux condamnés à mourir.

 

 

 

Mon avis:

Je dois dire que je ne suis pas fan de Musset mais bon c'est pour le bac de littérature ce n'est pas comme si j'avais le choix. 

 

Nous suivons donc Lorenzo cousin du duc Alexandre de Medicis qui cherche secretement à l'assassiner. Mais Lorenzo va devoir faire preuve d'autant de cruauté et de vices pour se rapprocher de sa victime... 

 

Lorenzo est un personnage assez complexe, à la base il espère faire le bien en tuer le duc qui est un être infame qui couche avec toutes les femmes et tue n'importe qui. Pourtant à force de jouer un rôle il se rend peu à peu compte qu'il aime ça, il pensait que le vice n'était qu'un manteau pourtant il lui colle à la peau. Le duc Alexandre, lui, est exactement comme décrit il est le contraire de ce qu'on attend d'un noble, il est vulgaire, rustre... 

 

En bref, un classique que je vais devoir connaitre sur le bout des doigts. Il faut vraiment se concentrer pour ne pas se perdre parmis les nombreux personnages aux noms italiens plus que farfelus et suivre l'histoire avec un grand H. Malgré tout je dois dire que Musset n'est toujours pas ma tasse de thé. 

 

Note: 11/20

Repost 0
Published by Les yeux plus gros que le temps - dans Chroniques
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lesyeuxplusgrosqueletemps
  • Le blog de lesyeuxplusgrosqueletemps
  • : Bientôt deux ans que je tiens ce blog et j'aime toujours autant partager avec vous mes passions, déception littéraires !
  • Contact

Lectures En Cours

9782330018726

 

couv25301802

 

Recherche

 

 

 

 

blog_se_nourrit_commentaire2.jpg

 

bonial – prospectus et catalogues de vos magasins – moins de papier!

 

 

the fault in our stars by aninhat t-d5v9j4b
book-buying-ban

 

Dernier Coup De Coeur !

couv73822958

Chronique ICI !